mardi 15 janvier 2019

La Dilcrah ? Un autre machin ?

La Dilcrah ? Pour paraphraser le Général je dirais c'est quoi ce machin ? La Dilcrah, c'est la délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-Lgbt. C'est comme si les institutions existantes ne suffisaient pas : le Défenseur des droits et tous ses délégués départementaux,  le Ministère de Mme Marlène Schiappa, égalité et lutte contre les discriminations...ou encore toute cette flopée d'associations qui bénéficient de fonds publics , pour rien : la LDH, SOS-Racisme, le MRAP, La LICRA... et j'en oublie ! Vous remarquerez que les bilans de ces structures sont pour ainsi dire introuvables et la question qui fâche concerne la rémunération des dirigeants. 
Observez ! La Dilcrah n'affiche pas la lutte contre l'islamophobie comme si elle n'existait pas. C'est un choix du gouvernement, sans doute.
Combien coûte la Dilcrah ? Plusieurs millions d'€ par an ...pour un résultat insignifiant !
En ma qualité de Président d'Euro-Med, j'ai adressé un requête au Délégué interministériel, je n'eus pour réponse qu'un silence méprisant.
Monsieur le Président de la République ne doit pas s'étonner qu'il y ait tant de Gilets jaunes dans la rue. 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------




Euro-Med
Institut Euro-méditerranéen d’études, de recherche, de formation et de promotion des valeurs universelles.
21, avenue Julien Bailly
46100 Figeac
Tél. 0679652322 – Courriel. euromed.education@gmail.com

Figeac, le 30 novembre 2018.

Monsieur Frédéric Potier
Délégué interministériel
A la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-Lgbt
Objet : signalement.
Référence : notre projet   « Mobilisés contre le racisme, l’antisémitisme et  la haine anti Lgbt. »
Monsieur Le délégué Interministériel,

Le 6 janvier  2018, nous avions déposé auprès de la Ddcspp de l’Aveyron, un dossier au titre de l’appel à projets visé en référence.
Après maintes relances, nous reçûmes, le 15 mai 2018, une réponse pour le moins surprenante. En effet, hormis l’expression du rejet de notre proposition, le reste de la correspondance est des plus obscures. (Copie ci-jointe)

Nous ne contestons pas le pouvoir décisionnaire de la Ddcspp mais nous ne sommes pas convaincus par ses incompréhensibles explications. Notre formation universitaire pluridisciplinaire et nos expériences tant sur les programmes de l’Etat que sur ceux de  la  région, sont un indéniable et incontestable atout. (Cv ci-joint). Cette réponse nous surprend encore plus au regard du volet «  lutte contre la haine anti-Lgbt » pour laquelle nous proposions l’intervention d’un expert : un endocrinologue ayant une expérience unique dans l’accompagnement des parcours de changement d’identité, une compétence rare mais qui ne semble pas suffire.

Mais quelle serait la raison ? Nous n’en voyons pas hormis le fait que nous poursuivons un magistrat qui a pris  notre égard une décision dont le caractère raciste est clairement établi. Les services de l’Etat ne semblent pas à l’aise au regard de cette situation. Avec un tel positionnement, le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-Lgbt ne sont pas près de s’éteindre. Nous dirons même que ces fléaux sociaux auront même de beaux devant eux.


Nous estimons qu’il est de notre devoir de vous faire ce signalement.

Nous vous prions de croire, Monsieur Le Délégué Interministériel, à l’expression de notre considération distinguée.

Rabah Bouguerra
Président d’Euro-Med.