samedi 22 septembre 2018

Eric Zemmour ...et sa phobie des prénoms africains.


Eric Zemmour… et sa phobie des prénoms africains.


Quand Eric Zemmour déclare : « Pour favoriser l’insertion des personnes venues d’ailleurs (Naturellement, il ne s’inclut pas dans cet ailleurs) il faut qu’elles adoptent ou qu’on leur donne un prénom français ». Au passage, il ne nous dit pas ce qu’est un prénom français : Gwenaëlle ? Maëlys ? Ou Childéric ? Un vrai prénom français  perdu dans les profondeurs de l’histoire. Ainsi va la vie des prénoms… comme du reste d’ailleurs.

Par cette affirmation, Eric Zemmour  révèle beaucoup de sa personnalité : les bas-fonds de l’inculture. Aucun intellectuel, n’oserait une telle affirmation tant elle est fausse. Elle révèle aussi un niveau intellectuel auquel il sera difficile, malheureusement , d’y remédier.

M. Eric Zemmour aurait dû réfléchir un peu sur les mobiles des discriminations. Par l’exemple, l’affirmation de M. Eric Zemmour peut révéler une situation des plus cocasses.  Quand le patron d’une discothèque donne comme instructions à ses videurs de ne pas accepter les noirs et les arabes. Il est difficiles d’imaginer ces derniers interroger préalablement  les arrivants : Votre prénom Svp ? La consigne étant ce qu’elle est, il est difficile de croire que le prénom le plus français puisse être d’un quelconque secours.

Le prénom participe à la construction de l’identité sexuelle, n’imaginez rien d’autre que la formation des rôles de sexe, autrement dit, les comportements propres aux garçons et aux filles, et plus tard ceux des adultes hommes et femmes. Cette identité sexuelle est une composante de la personnalité. Mais un prénom draine aussi une histoire, parfois séculaire que chacun d’entre nous porte et qu’il peut parfois partager avec beaucoup d’autres, contribuant ainsi à forger les prémices d’un destin commun.

Il est certain que pour être un citoyen accompli, on doit être parfaitement à l’aise avec la culture du pays d’accueil que nous allons enrichir avec la culture de nos origines.  M. Eric Zemmour, est un maghrébin (1) comme les autres, c’est sans doute le constat qu’il fait tous les matins quand il se rase. Il doit trouver qu’il me ressemble trop. Et il pousse un hurlement…Et pourtant je suis plus beau que lui !  (Haha !) M. Eric Zemmour (1) n’est pas à l’aise avec ses origines et c’est  sans doute pour cette raison qu’il n’est pas un citoyen fraternel …En optant pour le prénom d’Eric, il n’a pas chassé la haine qu’il  manifeste à nous autres africains.

Voilà 7 ans, j’avais réagi à des propos tenus par Eric Zemmour et Marine Le Pen,  en publiant un article sur le Plus de l’Obs… la preuve que M Eric Zemmour n’a pas tellement évolué.


Pour dire une fois de plus à M. Eric Zemmour que ses propos sont destructeurs de l’unité nationale, je vous rapporte le témoignage de M Hocine Louanchi (2) (Fils de harki qui se bat pour la reconnaissance des droits des siens) … au fil d’une vidéo,  une femme raconte l’accueil et la vie dans le camp de Saint-Maurice l’ardoise… Elle s’appelle Fatima mais on lui a ordonné de répondre désormais  au prénom de Françoise…Elle raconte… Souvent j’entendais autour de moi : Françoise ! Françoise !...Je ne répondais pas car ce n’était pas moi …  Mais  quand parfois, il m’arrive de  répondre… tout l’entourage éclate en rires moqueurs… Alors je me cache pour étouffer mes sanglots ! C’est le châtiment que M. Eric Zemmour veut infliger aux enfants de la République dont les parents, Mohamed, Mokhtar,  Ali, Mamadou et les autres ont donné leurs  vies pour que le peuple français puisse vivre libre...  Monsieur Zemmour, vous leur devez un peu de respect. La République doit le lui rappeler.


(1)    Zemmour en tamazight (berbère) veut dire : olive ou olivier
(2)    Vous trouverez facilement les vidéos de M. Hocine Louanchi.

jeudi 6 septembre 2018

Un magistrat a pris mon égard une décision raciste

mardi 4 septembre 2018

11 septembre 2018


Merci de relayer ce message...





Le 13 Janvier 2013, soit depuis plus de 5 ans et demi, j'ai engagé une action contre mon avocate, qui  mes yeux avait commis une faute grave , en ne faisant pas ce qu'elle avait promis de faire,  à savoir  utiliser les documents que je lui avais confiés et qui démontrent clairement et sans ambiguïté aucune que le magistrat de la cour d'appel avait pris à mon égard une décision discriminatoire dont le caractère raciste est indiscutablement établi.

Malgré ses engagements par trois courriers indiscutables, elle n'utilisa pas  "ces documents au mieux de mes intérêts" (Sic)

Mon avocate ne me donna aucune explication, pire,  elle continua d'afficher un silence méprisant...et pourtant elle a perçu des honoraires conséquents.

Comme vous pouvez le constater la procédure est  très très très longue...Tout est fait pour protéger un avocat même quand il commet ne faute monstrueuse . Et c'est le cas.

Alors le mardi 11 septembre 201 la cour de cassation examinera cette affaire.

Vous vous posez des questions ? Alors n'hésitez pas ....et surtout , retenez bien cette date

Mardi 11 septembre 2018 à 14 h

Cour de cassation
5, quai de l'horloge
75005 Paris.