mercredi 22 juin 2016

Monsieur Jean-Jacques Urvoas , Ministre de la justice ...


Acceptez-vous que la justice République soit ainsi salie ?


Monsieur Le Ministre, votre prédécesseur , Madame Christiane Taubira,
a fait semblant de ne rien voir, de ne rien entendre et vous ?

1 - J'ai été spolié. Je sais que lire ou entendre de tels propos, c'est blessant
 pour celui qui aime la République . Allez-vous en vouloir à celui qui subit
cette épreuve ou les auteurs de cet acte monstrueux ?

2 -  Sur ce dossier, on peut relever au moins une dizaine de violations des lois
 de la république. Je ne veux pas croire à l'indifférence du gouvernement
 auquel vous appartenez. 

3 - L'auteur de ce désastre est M. Jean-Claude Exiga (Comment peut-on
imaginer qu'un individu qui ne justifie même pas du baccalauréat pouvait
 gérer un organisme de formation ?) et ses deux complices : Madame Martignac
et Monsieur Couchouron Yves)

a - Ils ont détruit un organisme de formation : ADC...Ils privent ainsi toute
 une population de diplômes, d'emplois ...
Nul ne semble choqué par cette catastrophe.

b - Ils ont détourné 200 000 €, la plainte pour abus de biens sociaux
 est toujours entre les mains de Monsieur le procureur de la République
 mais pour la gendarmerie, dans l'illégalité,  elle est classée sans suite !

c - Quand la justice décide la liquidation judiciaire d'ADC, on apprend
que M. Exiga a fait de la secrétaire qui venait tout juste d'obtenir
l'équivalent du bac , la directrice de l'établissement.
 C'est une insulte à l'institution judiciaire chargée de ce dossier.
A notre connaissance, M. Exiga n'a pas du tout été inquiété...

Monsieur Le Ministre, qui porte préjudice à la république,
qui porte  préjudice à la France ?
Je ne fais que réclamer mes droits ... et seul la mort pourra faire cesser mon combat.

Il reste néanmoins une solution : prononcer ma déchéance
et m'expulser du territoire français mais cela n'effacera pas
les injustices commises au nom du peuple français.

jeudi 2 juin 2016

Même la presse ...est complice !


Je ne suis plus Charlie car Charlie a engendré des charlots. Au nom d’une fallacieuse   liberté d’expression, ils insultent les prophètes mais se détournent lâchement des actes racistes et d’injustice. Par leur silence complice, ils protègent les  voleurs… Ne criez pas votre douleur de victime vous ne ferez que susciter encore plus de haine !
 
A l’occasion de #DialoguesCitoyens, David Pujadas, Léa Salamé, Karim Rissouli, ont reçu des instructions pour refuser mes tweets, pourtant si pertinents et si respectueux. Ils ont ignoré mes appels, sachant que le médiateur de France 2, Nicolas Jacob, balaierait  ma doléance avec le même dédain.
Ceci est mon sang …
https : danslenferdelarepublique.blogspot.com