mardi 27 décembre 2016

... Et la gendarmerie dans tout ça ?

J'ai saisi le ministre de l'intérieur par plusieurs courriers dont le premier date du 24 juin 2016 et par lequel je me plaignais de la gendarmerie... qui a été chargée de me répondre !! C'est incroyable ... mais c'est ainsi !Que voulez-vous qu'elle me dise ?  Que j'ai raison? Certainement pas 

Vous trouverez ci-dessous la lettre de la gendarmerie du Lot, du 7 octobre 2016. En fin de semaine, vous lirez ma réponse du 27 octobre 2016. J'y imite le signataire en adressant des copies à Monsieur le Ministre de la justice, garde des sceaux, Monsieur le Ministre de l'intérieur, Monsieur le Directeur général de l'Iggn ainsi qu'à Monsieur le commandant du groupement régional de la gendarmerie nationale. A ce jour, pas un mot ne me fut adressé.

Sur ce dossier, il y a une pièce que la gendarmerie a inventée...Je serais mort de honte si la gendarmerie pouvait l'exhiber ! Et si tel est le cas , elle pourrait me faire condamner! 

Mais ...où sont passés les 200 000 € ? 



Je suis certain qu'à chaque ligne vous répéterez : c'est incroyable ! 




vendredi 9 décembre 2016

La LDH ... n'est pas une ligue des droits de l'homme ! C'est une supercherie !

A tous les Militants de la LDH.

C’est parce que je ne doute pas de la sincérité de votre engagement que je m’adresse à vous.
Je suis victime du racisme le plus sordide et la LDH se détourne de mes appels !
Oui, j’affirme que la LDH pratique de la discrimination …Observez l’action qu’elle a engagée au profit de Mylène (Palisse)… Non seulement,  cette situation, à ce moment précis de son évolution,  ne devrait même pas relever de la LDH…mais en plus de la une du site, on nomme la plaignante par son prénom ! Quel professionnalisme !…Une copine en quelque sorte… et moi ? L’étranger ?
En parcourant, la lettre adressée à Monsieur le Ministre de la justice …la LDH la cosigne avec 12 syndicats, pas moins ! !  (Pourquoi pas ?) et le syndicat de la magistrature !! Or je dénonce Me Martres Françoise qui est ou qui a été présidente de cette structure …et qui a pris à mon égard une décision discriminatoire à caractère raciste…  Je peux l’affirmer car les preuves sont accablantes. Je suppose que c’est la raison pour laquelle la LDH se tait…
Vous acceptez cela ?
Vous pensez vraiment que la LDH peut avoir une action indépendante en étant si liée à la magistrature qui elle-même viole parfois les droits de l’homme ?
Sur mon blog, vous avez la possibilité de tout découvrir : les violations des droits de l’homme sont à chaque page.


Si la LDH ne veut pas faire un geste pour moi, c’est qu’elle est complice !
Et vous, femme ou homme libre de vos choix,  acceptez-vous cette situation ?
Si la LDH s’estime diffamée qu’elle engage une action contre moi …
Ne devenez pas les complices ….
Et si vous n’êtes pas écoutés, supprimez cette page Facebook  (dont vous êtes l'administrateur) car elle symbolise l’horreur absolue …


Silence = Complicité

mardi 29 novembre 2016

La LDH ....Une catastrophe nationale !

Lettre à ce militant ou à cette militante 
de la LDH (La ligue des droits de l’homme !)
Vous naviguez sous l’anonymat, et c’est déjà une faute morale …

Vous avez réagi à mes lettres à votre présidente, Madame Dumont Françoise et c’est déjà  appréciable…

Vous me déclarez que vous ne pouvez rien faire pour moi, comme si vous étiez en capacité de prendre la plus insignifiante des décisions…avant de me renvoyer vers la présidence de la LDH ! Vous le savez bien, je n’ai pas attendu votre conseil pour le faire.

La LDH se tait …et c’est à vous militant(e) d’exiger de la présidence qu’elle s’explique et me réponde … C’est le minimum qu’elle puisse faire !

Or par la lettre qu’elle vient de cosigner la LDH fait le tri, selon ce procédé, il y a des causes qui méritent d’être défendues et d’autres pas. Cette pratique porte un nom : la discrimination. 

Plus grave le silence de la LDH, s’explique par le fait que j’ai dénoncé une pratique raciste d’un membre du syndicat de la magistrature, en l’occurrence sa présidente. Et, on s’aperçoit que la LDH et le syndicat de la magistrature entretiennent des relations totalement incompatibles avec la défense des violations des droits de l’homme !

Mais regardez autour de vous le nombre de situations où le droit est violé …vous agissez ? Et même quand on vous dit que la justice est raciste…vous continuez à observer la même attitude ?

Enfin, la présidence la LDH a peur de me répondre ? Tout ce que j’affirme repose sur des preuves indiscutables !

C’est à vous militant(e) d’exiger que la Présidente de la LDH réponde. Sauvez votre honneur !
Vous pouvez me dire : je suis bénévole …mais cette qualité ne vous interdit pas de vous révolter… Vous acceptez de militer pour une association qui se désintéresse des actes raciste les plus barbares ?

Cher militant, chère militante, j’ai été spolié comme le furent les juifs au cours des pages sombres de l’histoire de France …

Vous (La LDH) avez une page Facebook,  au titre de - Groupe de travail « extrêmes droites de la LDH - …ses administrateurs ne me permettent plus de communiquer avec eux …Et ils prétendent lutter contre l’extrême droite… C’est tout simplement honteux !

Combien touche votre présidente par mois ? Sur un budget de plus de 2 millions d’euros ? Si cette interrogation ne vous intéresse pas, elle préoccupe le contribuable que je suis.

Ah, je termine en vous suggérant de regarder mon parcours …de grandes écoles…de grands projets éducatifs pour le compte de l’état… mais je suis Hacène-Rabah Bouguerra
Cordialement




mercredi 23 novembre 2016

Les relations ambiguës de la LDH


Citoyennes, citoyens ...appréciez !


Les relations ambiguës de la LDH

Ce n’est qu’en vous intéressant à une structure que vous commencez par la découvrir. Datée de cette semaine, le 21 novembre 2016,  en une,  du site de la LDH, vous pouvez lire « la lettre ouverte unitaire au Garde des sceaux ».  


Cette lettre dénonce  la (simple) convocation de Mme Palisse Mylène –Conseillère à la pénitentiaire de Pau – devant la commission de discipline.  La hiérarchie reproche à Mme Palisse d’avoir rendu publique son analyse de la situation au regard de ce qu’on présente comme le radicalisme religieux.

Le positionnement de la LDH appelle plusieurs remarques :

-     -  Pour l’instant Mme Palisse, n’a pas du tout été sanctionnée. Peut-être, va-telle être entendue (le 13 décembre prochain) pour que le dossier soit classé. (En fait, la LDH intervient alors qu’il n’y a pas, pour l’instant, de violation du droit)

-       - La convocation devant le conseil de discipline est une prérogative de la hiérarchie qui doit être mise en œuvre, conformément au droit. (La LDH s’y oppose ?)

Dans ma situation, le droit est violé et la LDH se tait…je me dis que c’est sans doute lié au fait que je ne m’appelle pas Palisse Mylène !

 La LDH commet un acte discriminatoire.

Cette lettre ouverte unitaire est cosignée par 12 représentations syndicales…pas une de moins. En son temps je votais pour la CGT (qui peut confirmer ?)…  Et pourtant, pas un syndicat n’a prononcé le moindre mot en ma faveur ! C’est cela la fraternité ? Je m’interroge sur l’esprit de justice qui vous anime.

Cette même lettre est également cosignée par le syndicat de la magistrature …Or je ne cesse de dénoncer Mme Martres Françoise, elle qui fut (ou est encore)  présidente de ce syndicat. Juste pour concrétiser ma spoliation, Mme Françoise Martres a pris à mon égard une décision discriminatoire dont le caractère raciste est clairement établi. La plainte déposée devant le conseil supérieur de la magistrature (CSM) a été rejetée pour un motif qui prêterait à rire, malgré le caractère dramatique de la situation.  Ainsi, on comprend les raisons du silence de la LDH.

Cette relation avec le syndicat de la magistrature est ambiguë et même incestueuse car incompatible avec la dénonciation des violations du droit et la défense des droits de l'homme.

Madame Françoise Dumont, présidente de la LDH, doit démissionner.


Important : Je n’ai commis ni crime ni délit…mais j’ai été spolié avec la complicité des services de l’état et de la justice…Dans mes propos, pas un mot ne peut être considéré comme diffamant.

mardi 15 novembre 2016

La LDH, entre forfaiture et renoncement ?



Citoyens du monde, découvrez la Ligue (française) des droits de l'homme !



La LDH (la ligue des droits de l’homme) ! Rien qu’à prononcer ces mots,   on ne peut s’empêcher de jubiler ! Une ligue pour la défense de vos droits ! Quel bonheur dans ce merveilleux pays, le pays du droit, le pays de la démocratie, le pays de la République, le pays de la fraternité…Armez-vous de patience si vous espérez y découvrir ces valeurs.

La LDH se veut un lieu de recours contre les injustices ou l'arbitraire, défenseur de l’état de droit. Mais alors pourquoi la LDH ne veut pas intervenir en ma faveur ? Je n’ai même pas droit à une simple réponse, à ma lettre recommandée avec accusé de réception adressée à sa présidente Madame Françoise Dumont ?

Les injustices et l’arbitraire ? En voici…
-      -  J’ai été spolié …comme au cours des pages sombres de l’histoire de France…par des hors-la-loi (Et ce n’est pas une simple façon de parler). Il s’agit d’un certain Monsieur Exiga et ses deux complices : Madame Martignac et Monsieur Couchouron …Pour commencer, ils se sont arrangés pour qu’un de leurs amis, Monsieur Blanchon, siège et délibère au conseil de prud’hommes comme si de rien n’était… Ce n’est sans doute pas suffisant pour la LDH ? Qu’elle le dise !

-     - La cour d’appel a pris à mon égard une décision discriminatoire dont le caractère raciste est indiscutablement établi. Les preuves sont là… et le silence aussi, lâche, mesquin, vil et puant.

-      La justice de la République est raciste et la LDH qui ne dit rien. Étonnant ? Au moins, ayez la décence de supprimer ces slogans creux qui ne font qu’enlaidir un peu plus l’image de la LDH.

Madame la Présidente, vous n’avez là qu’une infime partie d’un dossier qui pue la haine…On m’a volé, la République m’a volé… et vous vous taisez ?

Je viens de parcourir votre site et  j’observe que vous vous en prenez, indirectement,  à la Turquie, à l’Algérie …et vous oubliez la France ! La France qui va mal, la France qui va très mal. Cette République qu’on assassine, sous vos yeux et vous ne dites rien. C’est cela la défense des droits de l’homme ?

Vous êtes capable de dire ce qui ne va pas dans d’autres pays et vous oubliez le vôtre?…Vous préférez fermer les yeux. Si la LDH n’est pas capable de dénoncer un magistrat raciste… Alors qu’elle disparaisse !

J’ai cherché à connaître davantage la LDH et je n’ai trouvé que le budget de 2010 qui révèle un montant de 2,3 millions d’euros. Il doit être un peu plus élevé pour 2016. Curieusement vous justifiez vos dépenses par 5 ou 6 lignes. Quel manque de transparence !

Vous sauverez votre honneur et celui de votre honorable institution en publiant votre rémunération et la prise en charge de vos frais. Je suis un contribuable et je suis en droit de savoir ce que deviennent mes impôts entre les mains de la LDH.

Vous le savez, la droite et surtout l’extrême droite demande la suppression des subventions publiques attribuées à la LDH (tout comme à la LICRA – SOS-RACISME et le MRAP) …ça fait tout de même un quadruplon ! Avec, au bas mot, 5 ou 6 millions d’euros de dépenses annuelles. Quel gâchis !

La droite estime que vous faites beaucoup trop pour ces français, étrangers et colorés alors qu’en réalité, vous détournez votre regard des injustices qu’ils subissent…Et vous vous étonnez que la république aille si mal ?


Je vous précise que je n’ai commis ni crime ni délit … et qu’en outre je ne suis pas un voyou ... 

Ps. j'ai demandé au Président de la République de prendre à mon égard une mesure de déchéance de la citoyenneté... Il ne m'a pas répondu . Peut-être qu'un courrier de votre part faciliterait les choses !

mercredi 9 novembre 2016

La LDH ou ligue de défense des droits de l'homme


Cela fait 2 mois 
que j'ai adressé la présente lettre à 
Madame Françoise Dumont, Présidente de la LDH...
je n'ai même pas droit à seul mot
 ...de regret, de compassion ou d'impuissance  !!!



M. Rabah Bouguerra
21 avenue Julien Bailly
46100 Figeac

Tél. 0565347192 ou 0679652322

Figeac,  le 10 septembre 2016.



Madame Françoise Dumont
Présidente de la ligue des droits de l’homme
138,  rue Marcadet
75018 Paris



Lettre recommandée avec avis de réception.


Objet : je sollicite votre intervention.


Madame la Présidente,
J’ai sollicité vos services à plusieurs reprises et je n’eus pour réponse, quand on acceptait de m’en donner une : « 0n ne peut rien faire ! »

Pas un mot de la présente lettre, comme dans tout le dossier, ne peut être considéré comme diffamant. Les preuves sont disponibles.

J’ai été spolié par des hors-la-loi avec la complicité de la justice. Pour valider cette spoliation, un magistrat,  présidente de la chambre sociale de la cour d’Appel d’Agen, a pris à mon égard une décision dont le caractère raciste est clairement établi. Ce magistrat est Madame Françoise Martres qui a pris cette décision insensée juste pour me priver de mon indemnisation et confirmer ainsi ma spoliation.

Dès lors le système s’organise pour tout étouffer. Il faut lire le motif de rejet de ma requête par le Conseil supérieur de la magistrature (Csm) pour comprendre ce désastre. On pourrait en rire mais qui oserait tant le drame est si fort.

Ce magistrat m’a livré à des hors-la-loi et on ne peut rien faire ?

Devant la cour de cassation, malgré ses engagements, mon avocate n’a pas remis les moyens  (nés de la comparaison de 2 arrêts pris par le même magistrat, l’un pour mon ancien collaborateur et l’autre pour moi).  L’analyse comparative des 2 arrêts permet de conclure que nous sommes bien en présence d’une décision  discriminatoire. Ainsi mon pourvoi fut rejeté à cause de la faute ou de la négligence de mon avocate.

Considérant le préjudice subi, j’ai demandé à mon avocate de mettre en œuvre la clause de son assurance qui couvre sa responsabilité civile professionnelle. Je n’eus aucune réponse.

1/2

 J’ai alors introduit une requête auprès du Président de l’ordre des avocats au conseil d’état et à la cour de cassation, nous étions en janvier 2013.A ce jour ce dossier n’a connu aucune évolution significative. Comme vous le savez quand un avocat, de cet ordre, commet une faute  ou une négligence, le différend est tranché par la cour de cassation. Le dossier est présenté obligatoirement par un avocat du même ordre. J’ai pris attache avec plusieurs avocats et le dernier a été commis d’office par Madame la présidente de l’ordre. Tous commencent par me réclamer des honoraires d’un montant de 3600 à 3800 €, en se réservant le droit de dire ce qu’ils ont envie de dire. L’un d’eux a même refusé d’indiquer le nom de l’avocat visé par ma requête. Autrement dit, ils veulent me soutirer de l’argent sans assurer réellement ma défense.
Je poursuis cette action en sollicitant l’intervention du Président de la cour de cassation car mes démarches après de la Présidente de l’ordre n’aboutissent pas du tout. Celle-ci ne cesse de me répéter que l’avocat est « libre de ses écritures », mais alors pourquoi le payer, pour étouffer la manifestation de la vérité ?

La violation du droit est manifeste.

Les personnes qui m’ont spolié, étaient en situation d’illégalité, en somme de véritables hors-la-loi qui on détruit l’organisme de formation, le cœur de ce différend et plus grave encore, ont vidé ses comptes. 200 000€ ont disparu ! La plainte déposée, n’a reçu, à ce jour, aucune suite. Cependant, la gendarmerie tient absolument à ce que je considère que cette affaire comme ayant fait l’objet d’un classement sans suite. L’enquêtrice elle-même considère que l’intervention de la gendarmerie est une violation du droit. Plus encore, elle m’avait indiqué qu’elle avait reçu l’ordre de le faire.

Je viens d’adresser une 3e requête  Monsieur Bernard  Cazeneuve, ministre de l’intérieur en sa qualité d’autorité de tutelle de la gendarmerie. A ce jour, aucune réponse ne m’a été donnée.

Madame la Présidente, ces éléments ne constituent qu’une infime partie d’un volumineux dossier dont chaque page recèle une violation du droit.

Où sont les droits de l’homme dans ce grand pays ?

Je demeure  votre écoute en espérant que vous concrétiseriez une médiation en ma faveur.

Je vous prie de croire, Madame la Présidente, à l’expression de mon parfond respect.



Rabah Bouguerra

  

Pièce jointe : mon cv.
2/2




lundi 17 octobre 2016

M. Bernard Cazeneuve, Ministre de l'intérieur...Pourquoi ce silence ? (III)

Alors que j'espérais enfin une réponse de Monsieur le Ministre de l'intérieur , c'est le groupement de gendarmerie du Lot, qui me répond, à la demande de ce même ministère me précise -t- on.  Que pensez-vous que la gendarmerie puisse me dire ? Que je n'ai aucune raison de me plaindre !!! La semaine prochaine je publierai cette lettre de la gendarmerie et surtout la réponse que  je lui ferai !! C'est incroyable !!!

Voici ma troisième lettre....A sa lecture les gendarmes seront encore plus mécontents : Comment ?? M. Bouguerra demande des sanctions ???

M. Rabah Bouguerra
21 avenue Julien Bailly
46100 Figeac

Tél. 0565347192 ou 0679652322

Figeac,  le 10 septembre 2016.


Monsieur Bernard Cazeneuve,
Ministre de l’intérieur
 Place Beauvau
75008 Paris.


Objet : Demande de sanctions contre la gendarmerie.

Référence :
Ma lettre du 24 juin 2016. (Lrar)
                        Ma lettre du 10 août 2016.





Monsieur Le Ministre,
Il me paraît utile de vus préciser que je n’ai commis ni crime ni délit mais que j’ai été spolié avec la complicité des services de l’Etat et de la justice. Pour réaliser cette spoliation, la Cour d’appel a pris  mon égard  une décision discriminatoire dont le  caractère raciste est clairement établi.  Les preuves sont disponibles mais le Conseil supérieur de la magistrature a rejeté, tout de même,  ma requête. Mon accusation est grave et elle ne recèle pas le moindre soupçon de diffamation.  C’est pourquoi les autorités concernées observent un silence total.  

Sur ce point je n’attends aucune décision de votre part.

Devant la cour de cassation, mon avocat, n’a pas remis les moyens qui permettent d’’aboutir à la funeste conclusion : la décision raciste. Et mon pourvoi fut rejeté. Mon avocat n’a jamais voulu s’expliquer et la requête introduite à son encontre, depuis plus de 3 ans, auprès du conseil de l’ordre, pour la mise en œuvre de sa responsabilité civile, une procédure banale pour les autres professionnels, n’avance gère. Les avocats que j’ai contactés, appartenant obligatoirement au même ordre, exigent entre 3600 et 3800 € d’honoraires, tout en se donnant le droit de ne pas dire la vérité. Autrement dit, je dois payer pour mon exécution. L’action n’est pas close.                                                                                          
  
1/2 

Sur ce point non plus, je n’attends aucune décision de votre part. Je voudrais seulement que vous sachiez comment se déroule un acte de justice au pays des droits de l’homme.

Les personnes qui m’ont spolié, étaient en situation d’illégalité, en somme de véritables hors-la-loi qui on détruit l’organisme de formation, le cœur de ce différend et plus grave encore, ont vidé ses comptes. 200 000€ ont disparu ! La plainte déposée, n’a reçu, à ce jour, aucune suite. Cependant, la gendarmerie tient absolument à ce que je considère que cette affaire comme ayant fait l’objet d’un classement sans suite. L’enquêtrice elle-même considère que l’intervention de la gendarmerie est une violation du droit. Plus encore, elle m’avait indiqué qu’elle avait reçu l’ordre de le faire, 

Monsieur Le Ministre, sur ce point, je sollicite votre intervention. Je vous demande, en tant qu’autorité suprême de cette institution, de prendre les mesures en votre pouvoir afin que les faits dont je suis victime soient reconnus et sévèrement sanctionnés.

Par pudeur je ne vous dirai pas ce que j’endure depuis bientôt 8 ans, au pays des droits de l’homme.

Par respect, je ne vous dirai pas à quoi ressemble la France d’aujourd’hui. Cependant, je peux vous dire que la république se meurt sous les coups de ceux qui sont censés la protéger.

Par loyauté, je vous dirai que ceux qui m’ont spolié sont pires que les terroristes que vous combattez. Si, ces derniers sont les ennemis de l’islam et de la France, ceux qui m’ont spolié sont les ennemis de la république. Et pourtant la justice les protège.

Monsieur Le Ministre, si vous avez décidé d’ignorer mes appels, je les rendrais publics.

Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de mon parfond respect.


Rabah Bouguerra


Pièce jointe : mon cv.

2/2

mercredi 5 octobre 2016

Monsieur Bernard Cazeneuve,.. Pourquoi ce silence ? (II)


Monsieur Le Ministre de l'intérieur, mon nouvel appel demeure toujours sans réponse...Selon vous,  que doit en penser la communauté musulmane ? Je vous rappelle que je n'ai commis ni crime ni délit ...bien a contraire, mais que j'ai été spolié avec la complicité des services de l'état...Mieux encore, les auteurs de cette spoliation ont détourné la somme de 200 000€... Et la gendarmerie qui exerce des pressions sur ma personne...Si vous pensez qu'il y a diffamation, qu'attendez-vous pour engager des poursuites  mon égard ? 

M. Rabah Bouguerra
21 avenue Julien Bailly
46100 Figeac

Tél. 0565347192 ou 0679652322

Figeac,  le 10 août 2016.


Monsieur Bernard Cazeneuve,
Ministre de l’intérieur
 Place Beauvau
75008 Paris.


Objet : Demande de mise en place d’une enquête.
Référence : ma lettre du 24 juin 2016.


Monsieur Le Ministre,

Je vous prie de bien vouloir donner une suite à ma requête visée en référence.

La gendarmerie a commis à mon égard un acte illégal que couvre l’Iggn qui cite un document qui n’existe pas.

Je demeure à  votre entière disposition.

Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de mon parfond respect.


Rabah Bouguerra

mardi 27 septembre 2016

Monsieur Bernard Cazeneuve ...Pourquoi ce silence ? (I)

En exerçant des pressions sur ma personne, la gendarmerie a commis un acte illégal ...Pour moins que ça , l'ancien défenseur des droits, Dominique Baudis,   a fait condamner un officier de la gendarmerie... Mais qu'en dit l'autorité suprême , Monsieur Bernard Cazeneuve, Ministre de l'intérieur ?  Rien ..et pourtant, il occupe toutes les chaînes de radio comme tous les plateaux de télévision.

Qu'on ne vous raconte pas d'histoire ! les valeurs de la république, ils s'en tapent. Si tu sembles venir d'ailleurs, si tu sens le musulman ... La république que tu as servie, ne te reconnait même pas.

Voici ma lettre à M. le ministre de l'intérieur ...un envoi en recommandé avec avis de réception.


Rabah Bouguerra
21 avenue Julien Bailly
46100 Figeac

Tél. 0565347192 ou 0679652322



Figeac le 24 juin 2016.

Monsieur Bernard Cazeneuve,
Ministre de l’intérieur
 Place Beauvau
75008 Paris.

 Envoi en recommandé avec avis de réception. 

Objet : Demande de mise en place d’une enquête.

Monsieur Le Ministre,
Sur un volumineux dossier où le déni de justice apparaît à chaque page, la gendarmerie et l’Iggn, ont contribué à ma spoliation : en effet, par requête du 30 Janvier 2012, adressée à Monsieur le Procureur de la république, je dénonçais une prise illégale d’intérêt et Abus de biens sociaux, suite à la disparition des comptes de mon ancien organisme de formation (adc, association pour le développement des compétences), de la somme de 200 000 €.
1 – la gendarmerie a commis un acte illégal.
Le 11 juin 2013, la gendarmerie m’appelle pour me dire : « Votre plainte est classée sans suite. » Je fis immédiatement remarquer à l’enquêtrice que son appel est un acte illégal. « Je sais, me répondit-elle, c’est illégal mais on m’a donné ordre de le faire et je le fais. »
C’est de la pression voire de l’intimidation que la gendarmerie a exercée sur  ma personne.


2 – L’Iggn rejette ma requête en invoquant un document qui n’existe pas.
Après en avoir échangé avec la hiérarchie au niveau départemental, qui ne reconnaît aucune faute, j’ai saisi l’Iggn qui dans sa réponse du 3 février 2013, rejette ma requête en faisant référence à une décision du procureur de la république du 10 juillet 2013. Or cette décision n’existe pas car Monsieur le Procureur de la république n’a toujours pas donné de suite à ma plainte.
Quand j’indique à l’Iggn que la pièce à laquelle, elle se réfère n’existe pas, elle décida d’observer n silence absolu.
En outre, l’Iggn ne relève pas du tout la déclaration de l’enquêtrice.
Compte tenu de la gravité des faits, je vous demande de diligenter une enquête. En effet, je suis victime du racisme le plus sordide de la part d’individus qui apparemment bénéficient de toutes les protections.
Je suis universitaire et j’ai servi la république pendant près de 20 ans mais cela ne semble pas faire de moi un citoyen à part entière.
Si ma déclaration comporte un seul mot qui puisse être considéré comme diffamant, je vous suggère de solliciter ma déchéance de la citoyenneté française.

Je demeure à  votre entière disposition.

Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de mon parfond respect.


Rabah Bouguerra


Pièces jointes :
Mes requêtes adressées  l’Iggn
-      1 -Le 21 décembre 2012
-      2 -Le 10 janvier 2013
-      3 -Le 6 février 2013
-      4 -Réponse de l’Iggn n°383 du 3 février 2014.

mercredi 22 juin 2016

Monsieur Jean-Jacques Urvoas , Ministre de la justice ...


Acceptez-vous que la justice République soit ainsi salie ?


Monsieur Le Ministre, votre prédécesseur , Madame Christiane Taubira,
a fait semblant de ne rien voir, de ne rien entendre et vous ?

1 - J'ai été spolié. Je sais que lire ou entendre de tels propos, c'est blessant
 pour celui qui aime la République . Allez-vous en vouloir à celui qui subit
cette épreuve ou les auteurs de cet acte monstrueux ?

2 -  Sur ce dossier, on peut relever au moins une dizaine de violations des lois
 de la république. Je ne veux pas croire à l'indifférence du gouvernement
 auquel vous appartenez. 

3 - L'auteur de ce désastre est M. Jean-Claude Exiga (Comment peut-on
imaginer qu'un individu qui ne justifie même pas du baccalauréat pouvait
 gérer un organisme de formation ?) et ses deux complices : Madame Martignac
et Monsieur Couchouron Yves)

a - Ils ont détruit un organisme de formation : ADC...Ils privent ainsi toute
 une population de diplômes, d'emplois ...
Nul ne semble choqué par cette catastrophe.

b - Ils ont détourné 200 000 €, la plainte pour abus de biens sociaux
 est toujours entre les mains de Monsieur le procureur de la République
 mais pour la gendarmerie, dans l'illégalité,  elle est classée sans suite !

c - Quand la justice décide la liquidation judiciaire d'ADC, on apprend
que M. Exiga a fait de la secrétaire qui venait tout juste d'obtenir
l'équivalent du bac , la directrice de l'établissement.
 C'est une insulte à l'institution judiciaire chargée de ce dossier.
A notre connaissance, M. Exiga n'a pas du tout été inquiété...

Monsieur Le Ministre, qui porte préjudice à la république,
qui porte  préjudice à la France ?
Je ne fais que réclamer mes droits ... et seul la mort pourra faire cesser mon combat.

Il reste néanmoins une solution : prononcer ma déchéance
et m'expulser du territoire français mais cela n'effacera pas
les injustices commises au nom du peuple français.

jeudi 2 juin 2016

Même la presse ...est complice !


Je ne suis plus Charlie car Charlie a engendré des charlots. Au nom d’une fallacieuse   liberté d’expression, ils insultent les prophètes mais se détournent lâchement des actes racistes et d’injustice. Par leur silence complice, ils protègent les  voleurs… Ne criez pas votre douleur de victime vous ne ferez que susciter encore plus de haine !
 
A l’occasion de #DialoguesCitoyens, David Pujadas, Léa Salamé, Karim Rissouli, ont reçu des instructions pour refuser mes tweets, pourtant si pertinents et si respectueux. Ils ont ignoré mes appels, sachant que le médiateur de France 2, Nicolas Jacob, balaierait  ma doléance avec le même dédain.
Ceci est mon sang …
https : danslenferdelarepublique.blogspot.com

vendredi 29 avril 2016

ADC ...anniversaire de sa liquidation judiciaire !

 
Par jugement du 15 avril 2014, le Tgi de Cahors a prononcé la liquidation judiciaire d'ADC avec effet au 12 mars 2014. Ainsi, M Exiga Jean-Claude mettait en cessation de paiement un outil éducatif apprécié de la population ...
 
Je suis le  fondateur d'adc (association pour le développement des compétences).
J'ai financé et développé cet organisme de formation devenu une référence:
- Centre associé au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam)
- Diplôme de l'université de Cambridge.
- Diplôme d'accès aux études universitaires (Daeu)
-  Actions d'orientation et coaching de projets.
 
 
M. Exiga Jean-Claude,  devenu président de l'association grâce à ma cooptation, me prépara un "dossier", pour obtenir mon licenciement de ma propre structure. Il a usé de plusieurs faux dont les preuves ont fait l'objet d'actions auprès de la justice mais rien n'y fait...Tout semble indiquer que c'est lui qui fait la justice...
Cependant, M. Exiga ne serait rien sans ses deux complices:
- Madame Martignac Monique.
- Monsieur Couchouron Yves.
 
Devant le conseil de prud'hommes, un de leurs amis, Monsieur Blanchon Gérard, avait participé au jugement dont chacun peut deviner le résultat ! Est-il toujours conseiller prud'homal ?
 
Il ne suffit pas de s'emparer d'un organisme de formation encore faut-il être capable de le faire vivre. M. Exiga Jean-Claude n'a même pas le bac ! Alors à quoi pouvions-nous nous attendre  ? ... et la justice aussi ! 3 ans à peine après m'avoir évincé , M. Exiga déposait le bilan car il avait mis la structure en cessation de paiement alors que j'ai laissé sur les comptes pas moins de 200 000 € ! Une somme dont il avait nié l'existence !
 
Le 30 janvier 2012, je déposais plainte contre lui et ses complices pour prise  illégale d'intérêts et abus de biens sociaux. (Dossier n°12/037/28)
 
Après enquête de la gendarmerie et relances, le Procureur de la République n'a toujours pas donné de suite à cette plainte !!
 
Cependant, c'est la gendarmerie qui m'annonce le classement sans suite qui, en réalité, n'existe pas. L'enquêtrice elle-même, reconnaissait  que son action était illégale et qu'elle n'avait fait qu'obéir à un ordre ! L'Iggn n'a pas contesté cet élément et m'annonce  l'existence d'une décision de classement sans suite...Je mets au défi l'Iggn de présenter ce document !
 
Le clou de cette situation ubuesque est qu'on apprend, par voie de presse,  qu'au moment de la liquidation judiciaire, M. Exiga Jean-Claude avait nommé Mme Louf Chantal, la secrétaire qui venait juste d'obtenir l'équivalent du baccalauréat, en qualité de directrice de l'établissement !! C'est comme si au lendemain de l'obtention de son bac , un élève devenait proviseur de son lycée !!
 
Et au-delà, c'est la finalité même de la mesure de redressement décidée par un juge pour permettre à une structure de s'en sortir et qui a conduit au désastre. Pourquoi le juge n'a -t-il pas engagé des poursuites contre M. Exiga et ses complices, dès lors que la crédibilité de la justice est sérieusement mise en cause ?
 
Combien a coûté  le redressement  raté d'ADC ? Un redressement dont beaucoup d'entreprises n'ont pas bénéficié.
 
Qu'en disent les parlementaires lotois ? Rien !
 
Mais une seule question demeure :
 
Où sont passés les 200 000 € ?
 
 

jeudi 14 avril 2016

Le Daeu ...écoutez ce qui se passe ! (3bis)

200 candidats sur une région ... c'est peu , très peu...Observez autour de vous . . . Il n'y a pas de Daeu à Figeac, Cahors, Brive Tulle, Rodez, Millau, Villefranche de Rouergue... je continue?
 
Sur ce volet , les Français subissent
une véritable discrimination !
Vous trouvez ça normal ?
 
Regardez cette vidéo
 

jeudi 10 mars 2016

Le Daeu...Ce n'est pas pour les banlieues et les zones rurales ! (2/3)

Un (beau) livre: Le Diplôme d'accès aux études universitaires (Daeu) : un ascenseur social ? Editions du bord du Lot, mai 213

Il est en vente ici : http://www.bordulot.fr/detail-daeu-120.html
au prix de 9 €

Suivi d'un (beau) projet : 50 000 diplômes par an ! ! !

Et... un déplacement  à Paris ... voilà comment nous sommes traités par Madame Slama Eléonore, cheffe de cabinet de Madame la Ministre de l'éducation nationale.

 Nous avons répondu  Madame Eléonore Slama avec copie  Monsieur le chef de cabinet de Monsieur le Premier ministre.



Euro-Med

Institut Euro-méditerranéen d’études, de recherche, de formation et de promotion des valeurs universelles.
21, avenue Julien Bailly

46100 Figeac


Tél. 0679652322 – Courriel. euromed.education@gmail.com


Figeac, le 2 février 2016.

Madame Eléonore Slama,

Cheffe de cabinet.

Ministère de l’Education nationale, de l’enseignement et de la recherche

110, rue de Grenelle

75357 Paris SP 07

  

Référence : BDC/20150016837CS/ADB


- Votre lettre du 19 janvier 2016.


Objet : Mise en place du Diplôme d’accès aux études universitaires (Daeu)  dans les banlieues et les zones rurales.

Madame La Cheffe de Cabinet,

Nous sommes bien surpris, à bien des égards,  par votre lettre visée en référence :

- Plus de six mois après notre « rencontre » avec vos services et malgré nos relances, notre démarche était totalement ignorée. Il a fallu que nous nous adressions au cabinet de Monsieur le Premier ministre pour qu’enfin vous acceptiez de réagir  à un projet  d’intérêt national et pour lequel Euro-Med mobilise une équipe aux compétences multiples. Or, ce si long retard ne nous vaut, de votre part, ni regrets,  ni excuses.

- En confirmation du point précédent, vous passez sous silence la conduite inadmissible du fonctionnaire chargé de nous recevoir. Il s’était « éclipsé » (sic) lors de notre venue à Paris, a-t-il déclaré avec amusement. Nous respectons trop la république pour ne pas qualifier publiquement, le comportement  inadmissible d’un fonctionnaire qui plus est, de l’éducation nationale. A ce sujet non plus, nous n’avons pas droit à des excuses.

De notre côté nous ne pouvons pas passer sous silence les imprécisions et les inadéquations de votre argumentation : 

- Notre projet ne vise pas à couvrir « les zones rurales de la région de Figeac », ce qui  voudrait dire qu’il inclurait  les hameaux voisins et de ce fait lui ôterait la puissance de son réalisme,  mais concerne toutes les zones rurales du territoire français.

 - De nombreux établissements  français ayant le statut d’association dispensent de l’enseignement supérieur. Nous en avions dirigé l’un d’eux. Ceci étant précisé, Euro-Med n’a pas demandé à bénéficier d’une habilitation pour la préparation du Daeu, mais à généraliser une formule qui a fait ses preuves et en partenariat avec des universités.

Si le gouvernement ne souhaite pas développer cette autre formule d’accès au Daeu, sans doute, moyennant adaptation, il suffit  tout simplement de nous le dire. Vous en conviendrez, dans ce cas, qu’il y a une contradiction avec le plan de formation annoncé, à destination des demandeurs d’emploi. Les besoins en Daeu, se chiffrent par millions, sachant que 80 % des demandeurs d’emploi ont un niveau de formation générale qui tourne autour de la classe de troisième.

De façon plus accrue encore, la situation actuelle d’accès à la préparation de ce diplôme, remet en cause le principe d’égalité des chances  et au-delà expose une véritable situation de discrimination des citoyens : il y a ceux qui peuvent accéder au Daeu et ceux qui demeurent devant  des portes closes, voire qui ignorent l’existence de cette issue. Allez-vous attendre que des organisations, professionnelles, syndicales ou politiques s’emparent de la question, pour réagir ?
Aujourd’hui,  les universités délivrent annuellement, arrondissons,  5 000 diplômes pas an, Euro-Med  préconise un dispositif qui permet de dépasser les 50 000. Naturellement les universités demeureront au cœur de ce dispositif. Dans cette perspective, le Daeu, réduirait considérablement l’impact négatif des 160 000 sorties en situation d’échec,  du système éducatif. Nous sommes convaincus que cette action finira par remodeler le paysage social de la république.

Enfin,  vous nous suggérez de nous rapprocher des universités, en nous précisant qu’elles n’ont aucune obligation en la matière. Cette suggestion est un aveu d’impuissance. Non, Madame, nous n’en ferons rien car  dans le meilleur des cas,  nous aboutirons à un résultat insignifiant, à l’orée de 2084, quand il sera trop tard, vraiment trop tard. …
Le Daeu ne peut être l’affaire d’Euro-Med, ni d’une université mais l’affaire  de l’état et à travers votre réponse vous reconnaissez votre impuissance à agir sur le destin de la France.

Euro-Med c’est aussi un projet méditerranéen dont les racines sont aussi africaines. Hélas,  vous n’y faites même pas allusion. Vous n’avez pas d’ambition pour la France. C’est dommage. 
Nous avons toujours agi dans l’intérêt de la république, or clairement, vous ne voulez pas de nous. Nous avons du mal à comprendre comment un très haut fonctionnaire de votre rang et de votre statut ait pu apposer sa signature au bas de cette lettre que vous retrouverez bientôt sur notre blog. Celle-ci réjouira au moins 3 lotois, des hors-la-loi qui ont détruit le prestigieux organisme de formation ADC, détruit localement le Daeu et vidé les caisses de l’établissement sous le regard bienveillant de toutes les institutions. Ce n’est pas votre lettre qui suscitera en eux quelques remords, bien au contraire.
Nous adressons une copie de la présente à Monsieur le Chef de cabinet de Monsieur Le Premier ministre, question de l’informer que malgré ses encouragements, nous ne pouvons aller plus loin.
L’histoire jugera.

Nous vous prions de croire, Madame la Cheffe de Cabinet, à l’expression de notre sincère considération.

Rabah Bouguerra
Président d’Euro-Med.


Référence : Hacène Rabah Bouguerra, le Diplôme d’accès aux études universitaires (Daeu) : un ascenseur social ? – Editions du bord du Lot – mai 2013.


Vous direz : c'est incroyable...mais c'est cela la réalité de la France !