mardi 29 novembre 2016

La LDH ....Une catastrophe nationale !

Lettre à ce militant ou à cette militante 
de la LDH (La ligue des droits de l’homme !)
Vous naviguez sous l’anonymat, et c’est déjà une faute morale …

Vous avez réagi à mes lettres à votre présidente, Madame Dumont Françoise et c’est déjà  appréciable…

Vous me déclarez que vous ne pouvez rien faire pour moi, comme si vous étiez en capacité de prendre la plus insignifiante des décisions…avant de me renvoyer vers la présidence de la LDH ! Vous le savez bien, je n’ai pas attendu votre conseil pour le faire.

La LDH se tait …et c’est à vous militant(e) d’exiger de la présidence qu’elle s’explique et me réponde … C’est le minimum qu’elle puisse faire !

Or par la lettre qu’elle vient de cosigner la LDH fait le tri, selon ce procédé, il y a des causes qui méritent d’être défendues et d’autres pas. Cette pratique porte un nom : la discrimination. 

Plus grave le silence de la LDH, s’explique par le fait que j’ai dénoncé une pratique raciste d’un membre du syndicat de la magistrature, en l’occurrence sa présidente. Et, on s’aperçoit que la LDH et le syndicat de la magistrature entretiennent des relations totalement incompatibles avec la défense des violations des droits de l’homme !

Mais regardez autour de vous le nombre de situations où le droit est violé …vous agissez ? Et même quand on vous dit que la justice est raciste…vous continuez à observer la même attitude ?

Enfin, la présidence la LDH a peur de me répondre ? Tout ce que j’affirme repose sur des preuves indiscutables !

C’est à vous militant(e) d’exiger que la Présidente de la LDH réponde. Sauvez votre honneur !
Vous pouvez me dire : je suis bénévole …mais cette qualité ne vous interdit pas de vous révolter… Vous acceptez de militer pour une association qui se désintéresse des actes raciste les plus barbares ?

Cher militant, chère militante, j’ai été spolié comme le furent les juifs au cours des pages sombres de l’histoire de France …

Vous (La LDH) avez une page Facebook,  au titre de - Groupe de travail « extrêmes droites de la LDH - …ses administrateurs ne me permettent plus de communiquer avec eux …Et ils prétendent lutter contre l’extrême droite… C’est tout simplement honteux !

Combien touche votre présidente par mois ? Sur un budget de plus de 2 millions d’euros ? Si cette interrogation ne vous intéresse pas, elle préoccupe le contribuable que je suis.

Ah, je termine en vous suggérant de regarder mon parcours …de grandes écoles…de grands projets éducatifs pour le compte de l’état… mais je suis Hacène-Rabah Bouguerra
Cordialement




mercredi 23 novembre 2016

Les relations ambiguës de la LDH


Citoyennes, citoyens ...appréciez !


Les relations ambiguës de la LDH

Ce n’est qu’en vous intéressant à une structure que vous commencez par la découvrir. Datée de cette semaine, le 21 novembre 2016,  en une,  du site de la LDH, vous pouvez lire « la lettre ouverte unitaire au Garde des sceaux ».  


Cette lettre dénonce  la (simple) convocation de Mme Palisse Mylène –Conseillère à la pénitentiaire de Pau – devant la commission de discipline.  La hiérarchie reproche à Mme Palisse d’avoir rendu publique son analyse de la situation au regard de ce qu’on présente comme le radicalisme religieux.

Le positionnement de la LDH appelle plusieurs remarques :

-     -  Pour l’instant Mme Palisse, n’a pas du tout été sanctionnée. Peut-être, va-telle être entendue (le 13 décembre prochain) pour que le dossier soit classé. (En fait, la LDH intervient alors qu’il n’y a pas, pour l’instant, de violation du droit)

-       - La convocation devant le conseil de discipline est une prérogative de la hiérarchie qui doit être mise en œuvre, conformément au droit. (La LDH s’y oppose ?)

Dans ma situation, le droit est violé et la LDH se tait…je me dis que c’est sans doute lié au fait que je ne m’appelle pas Palisse Mylène !

 La LDH commet un acte discriminatoire.

Cette lettre ouverte unitaire est cosignée par 12 représentations syndicales…pas une de moins. En son temps je votais pour la CGT (qui peut confirmer ?)…  Et pourtant, pas un syndicat n’a prononcé le moindre mot en ma faveur ! C’est cela la fraternité ? Je m’interroge sur l’esprit de justice qui vous anime.

Cette même lettre est également cosignée par le syndicat de la magistrature …Or je ne cesse de dénoncer Mme Martres Françoise, elle qui fut (ou est encore)  présidente de ce syndicat. Juste pour concrétiser ma spoliation, Mme Françoise Martres a pris à mon égard une décision discriminatoire dont le caractère raciste est clairement établi. La plainte déposée devant le conseil supérieur de la magistrature (CSM) a été rejetée pour un motif qui prêterait à rire, malgré le caractère dramatique de la situation.  Ainsi, on comprend les raisons du silence de la LDH.

Cette relation avec le syndicat de la magistrature est ambiguë et même incestueuse car incompatible avec la dénonciation des violations du droit et la défense des droits de l'homme.

Madame Françoise Dumont, présidente de la LDH, doit démissionner.


Important : Je n’ai commis ni crime ni délit…mais j’ai été spolié avec la complicité des services de l’état et de la justice…Dans mes propos, pas un mot ne peut être considéré comme diffamant.

mardi 15 novembre 2016

La LDH, entre forfaiture et renoncement ?



Citoyens du monde, découvrez la Ligue (française) des droits de l'homme !



La LDH (la ligue des droits de l’homme) ! Rien qu’à prononcer ces mots,   on ne peut s’empêcher de jubiler ! Une ligue pour la défense de vos droits ! Quel bonheur dans ce merveilleux pays, le pays du droit, le pays de la démocratie, le pays de la République, le pays de la fraternité…Armez-vous de patience si vous espérez y découvrir ces valeurs.

La LDH se veut un lieu de recours contre les injustices ou l'arbitraire, défenseur de l’état de droit. Mais alors pourquoi la LDH ne veut pas intervenir en ma faveur ? Je n’ai même pas droit à une simple réponse, à ma lettre recommandée avec accusé de réception adressée à sa présidente Madame Françoise Dumont ?

Les injustices et l’arbitraire ? En voici…
-      -  J’ai été spolié …comme au cours des pages sombres de l’histoire de France…par des hors-la-loi (Et ce n’est pas une simple façon de parler). Il s’agit d’un certain Monsieur Exiga et ses deux complices : Madame Martignac et Monsieur Couchouron …Pour commencer, ils se sont arrangés pour qu’un de leurs amis, Monsieur Blanchon, siège et délibère au conseil de prud’hommes comme si de rien n’était… Ce n’est sans doute pas suffisant pour la LDH ? Qu’elle le dise !

-     - La cour d’appel a pris à mon égard une décision discriminatoire dont le caractère raciste est indiscutablement établi. Les preuves sont là… et le silence aussi, lâche, mesquin, vil et puant.

-      La justice de la République est raciste et la LDH qui ne dit rien. Étonnant ? Au moins, ayez la décence de supprimer ces slogans creux qui ne font qu’enlaidir un peu plus l’image de la LDH.

Madame la Présidente, vous n’avez là qu’une infime partie d’un dossier qui pue la haine…On m’a volé, la République m’a volé… et vous vous taisez ?

Je viens de parcourir votre site et  j’observe que vous vous en prenez, indirectement,  à la Turquie, à l’Algérie …et vous oubliez la France ! La France qui va mal, la France qui va très mal. Cette République qu’on assassine, sous vos yeux et vous ne dites rien. C’est cela la défense des droits de l’homme ?

Vous êtes capable de dire ce qui ne va pas dans d’autres pays et vous oubliez le vôtre?…Vous préférez fermer les yeux. Si la LDH n’est pas capable de dénoncer un magistrat raciste… Alors qu’elle disparaisse !

J’ai cherché à connaître davantage la LDH et je n’ai trouvé que le budget de 2010 qui révèle un montant de 2,3 millions d’euros. Il doit être un peu plus élevé pour 2016. Curieusement vous justifiez vos dépenses par 5 ou 6 lignes. Quel manque de transparence !

Vous sauverez votre honneur et celui de votre honorable institution en publiant votre rémunération et la prise en charge de vos frais. Je suis un contribuable et je suis en droit de savoir ce que deviennent mes impôts entre les mains de la LDH.

Vous le savez, la droite et surtout l’extrême droite demande la suppression des subventions publiques attribuées à la LDH (tout comme à la LICRA – SOS-RACISME et le MRAP) …ça fait tout de même un quadruplon ! Avec, au bas mot, 5 ou 6 millions d’euros de dépenses annuelles. Quel gâchis !

La droite estime que vous faites beaucoup trop pour ces français, étrangers et colorés alors qu’en réalité, vous détournez votre regard des injustices qu’ils subissent…Et vous vous étonnez que la république aille si mal ?


Je vous précise que je n’ai commis ni crime ni délit … et qu’en outre je ne suis pas un voyou ... 

Ps. j'ai demandé au Président de la République de prendre à mon égard une mesure de déchéance de la citoyenneté... Il ne m'a pas répondu . Peut-être qu'un courrier de votre part faciliterait les choses !

mercredi 9 novembre 2016

La LDH ou ligue de défense des droits de l'homme


Cela fait 2 mois 
que j'ai adressé la présente lettre à 
Madame Françoise Dumont, Présidente de la LDH...
je n'ai même pas droit à seul mot
 ...de regret, de compassion ou d'impuissance  !!!



M. Rabah Bouguerra
21 avenue Julien Bailly
46100 Figeac

Tél. 0565347192 ou 0679652322

Figeac,  le 10 septembre 2016.



Madame Françoise Dumont
Présidente de la ligue des droits de l’homme
138,  rue Marcadet
75018 Paris



Lettre recommandée avec avis de réception.


Objet : je sollicite votre intervention.


Madame la Présidente,
J’ai sollicité vos services à plusieurs reprises et je n’eus pour réponse, quand on acceptait de m’en donner une : « 0n ne peut rien faire ! »

Pas un mot de la présente lettre, comme dans tout le dossier, ne peut être considéré comme diffamant. Les preuves sont disponibles.

J’ai été spolié par des hors-la-loi avec la complicité de la justice. Pour valider cette spoliation, un magistrat,  présidente de la chambre sociale de la cour d’Appel d’Agen, a pris à mon égard une décision dont le caractère raciste est clairement établi. Ce magistrat est Madame Françoise Martres qui a pris cette décision insensée juste pour me priver de mon indemnisation et confirmer ainsi ma spoliation.

Dès lors le système s’organise pour tout étouffer. Il faut lire le motif de rejet de ma requête par le Conseil supérieur de la magistrature (Csm) pour comprendre ce désastre. On pourrait en rire mais qui oserait tant le drame est si fort.

Ce magistrat m’a livré à des hors-la-loi et on ne peut rien faire ?

Devant la cour de cassation, malgré ses engagements, mon avocate n’a pas remis les moyens  (nés de la comparaison de 2 arrêts pris par le même magistrat, l’un pour mon ancien collaborateur et l’autre pour moi).  L’analyse comparative des 2 arrêts permet de conclure que nous sommes bien en présence d’une décision  discriminatoire. Ainsi mon pourvoi fut rejeté à cause de la faute ou de la négligence de mon avocate.

Considérant le préjudice subi, j’ai demandé à mon avocate de mettre en œuvre la clause de son assurance qui couvre sa responsabilité civile professionnelle. Je n’eus aucune réponse.

1/2

 J’ai alors introduit une requête auprès du Président de l’ordre des avocats au conseil d’état et à la cour de cassation, nous étions en janvier 2013.A ce jour ce dossier n’a connu aucune évolution significative. Comme vous le savez quand un avocat, de cet ordre, commet une faute  ou une négligence, le différend est tranché par la cour de cassation. Le dossier est présenté obligatoirement par un avocat du même ordre. J’ai pris attache avec plusieurs avocats et le dernier a été commis d’office par Madame la présidente de l’ordre. Tous commencent par me réclamer des honoraires d’un montant de 3600 à 3800 €, en se réservant le droit de dire ce qu’ils ont envie de dire. L’un d’eux a même refusé d’indiquer le nom de l’avocat visé par ma requête. Autrement dit, ils veulent me soutirer de l’argent sans assurer réellement ma défense.
Je poursuis cette action en sollicitant l’intervention du Président de la cour de cassation car mes démarches après de la Présidente de l’ordre n’aboutissent pas du tout. Celle-ci ne cesse de me répéter que l’avocat est « libre de ses écritures », mais alors pourquoi le payer, pour étouffer la manifestation de la vérité ?

La violation du droit est manifeste.

Les personnes qui m’ont spolié, étaient en situation d’illégalité, en somme de véritables hors-la-loi qui on détruit l’organisme de formation, le cœur de ce différend et plus grave encore, ont vidé ses comptes. 200 000€ ont disparu ! La plainte déposée, n’a reçu, à ce jour, aucune suite. Cependant, la gendarmerie tient absolument à ce que je considère que cette affaire comme ayant fait l’objet d’un classement sans suite. L’enquêtrice elle-même considère que l’intervention de la gendarmerie est une violation du droit. Plus encore, elle m’avait indiqué qu’elle avait reçu l’ordre de le faire.

Je viens d’adresser une 3e requête  Monsieur Bernard  Cazeneuve, ministre de l’intérieur en sa qualité d’autorité de tutelle de la gendarmerie. A ce jour, aucune réponse ne m’a été donnée.

Madame la Présidente, ces éléments ne constituent qu’une infime partie d’un volumineux dossier dont chaque page recèle une violation du droit.

Où sont les droits de l’homme dans ce grand pays ?

Je demeure  votre écoute en espérant que vous concrétiseriez une médiation en ma faveur.

Je vous prie de croire, Madame la Présidente, à l’expression de mon parfond respect.



Rabah Bouguerra

  

Pièce jointe : mon cv.
2/2