samedi 29 octobre 2011

Valérie m'a écrit ...

Bonsoir,

Je viens de prendre connaissance de votre combat, il est courageux et impétueux, votre conviction vous honore ... et vous dessert à la fois, en ce moment de l'Histoire où les plus grandes instances de nos valeurs démocratiques ont cessé de jouer leur rôle.

Ne sacrifiez pas votre vie jusqu'au dernier souffle pour le triomphe de la vérité. J'ai aussi été licenciée sur la foi de rapports aux contenus infondés ou mensongers, mais je considère finalement cette défaite comme un bienfait. Il y a des moments où il faut réaliser que le sacrifice de notre vie n'est pas nécessaire pour faire triompher la justice...

Le jour où j'ai envoyé ma lettre de "protestation" à mon ancien ministère, l'Education Nationale, une professeur s'est suicidée à Nîmes... bien souvent, les analogies nous expliquent bien mieux que de longs raisonnements...

Je comprends davantage ma place et mon rôle aujourd'hui: oeuvrer à protéger la vie, sans aucune considération de mon statut social, passé, présent ou à venir.

Ne regrettez pas un faux avantage, il est temps que l'humanité vraie se réveille!

Avec ma cordiale considération.
Valérie

1 commentaire:

  1. Franchement, on se passe de ce genre d'expérience. Évidement qu'il ne faut pas y aller seule. La masse est infiniment plus puissante. Regardez, la masse des fonctionnaires de l'éducation nationale. Totalement hermétiques aux réformes et aux opinions étrangères. Maintenant ils payent le rpix de leur résistance. Mais en tout cas ils étaient unis, persévérant et aucun gouvernement, même pas De Gaulle ne les a impressionnés. Évidement il y a un risque. La dictature. Mais y a t il un vrai risque en France? Je ne crois pas. Donc continuons. Honorons ceux qui sont tombés, seuls, mais soyons surtout unis et persévérants.

    RépondreSupprimer

Dites ce que vous voulez mais seulement la vérité ... Attention la diffamation, l'injure sont des délits.