Google+ Followers

jeudi 26 janvier 2012

Témoignage de Thierry...une déclaration d'amour au Daeu.

Bonsoir Hacène,
Thierry,  un ancien du DAEU.

J'ai suivi, de loin je le reconnais, votre histoire qui se termine aujourd'hui de manière pitoyable pour l'A.D.C. Clairement, il m'a toujours semblé que vous portiez l'ADC. Retirer la clé de voute d'une structure et c'est tout l'édifice qui s'effondre. J'imagine sans peine l'amertume que vous devez aujourd'hui ressentir face à ce gachis. Le fait d'avoir raison ne console en rien la douleur de l'injustice.

Le DAEU, c'est effectivement un ascenceur social. J'ai aussitôt intégré l'université Paris 8, cursus de psychologie, aujourd'hui grâce à un master 1 de psychologie clinique et psychopathologie, je suis chef de service & responsable de site d'un foyer occupationnel pour personnes déficientes intellectuelles avec troubles associés. 42 résidents et 50 salariés, statut cadre, inenvisageable sans ce précieux sésame qu'est le DAEU. Mais le DAEU ce n'est pas que cela, c'est aussi le changement qui s'opère en chacun qui réussi cette première étape, l'évidence que la réussité est possible et qu'il n'y a pas de fatalité dans la vie. Il suffit d'oser y aller et les changements qui naissent changent radicalement la vision que l'on peut avoir de soi même. Non les diplômes ne sont pas réservés à d'aucuns soi disant meilleurs, soi disants mieux nés. La réussite est pour moi passée par le DAEU. Ainsi de temps en temps, il m'arrive de le sortir de sa pochette et de le regarder. Bien sûr, j'ai passé d'autres diplômes dans la foulée. Mais celui pour lequel je ressens toujours une émotion particulière, c'est le DAEU. Il m'arrive régulièrement d'informer des salariés de l'existence de ce diplôme bien souvent inconnu d'eux et j'ai dans ces moment une tendre pensée pour cette année passée et les espoirs que j'avais posé dans l'obtention de cette clé pour un avenir et un renouveau professionnel. Tiens, je m'inscrirais bien en licence de philo, comme ça, juste pour voir, juste pour le plaisir....
Bon courage,