Google+ Followers

samedi 22 décembre 2012

Parlementaires du Lot II


Hacène Rabah Bouguerra
21 avenue Julien Bailly
46100 Figeac

Tél. 05 65 34 71 92
E-mail : h.r.bouguerra@gmail.com
 

Figeac, le 22 Décembre 2012.


Madame et Messieurs les parlementaires du Lot

 

                  Madame Dominique Orliac, Députée
                  Monsieur Gérard Miquel, Sénateur
                    Monsieur Jean-Claude Requier, Sénateur
                 Monsieur Jean Launay Député
 
Lettre ouverte.

Objet : Etat de la justice de notre république.
Référence : ma lettre du 22 Février 2011

 Madame, Monsieur,
Dans ma longue lettre visée en référence je vous précisé les conditions de ma spoliation, une situation parfaitement connue de Monsieur le Député Jean Launay,  l’ami de mes spoliateurs : M. Exiga Jean-Claude et Couchouron Yves … qui eux-mêmes n’ont été que les bras armés de Mme Martignac Monique, la responsable locale de l’UMP, l’instigatrice du conflit au sein d’ADC.

J’ai sollicité votre intervention mais vous avez refusé d’agir en défenseurs des valeurs  de la république. J’en fais le constat qui fige mon amère déception : les représentants du peuple, par leur silence, ne désapprouvent pas un acte qui rappelle les moments les plus horribles de notre histoire.

Ce dossier a connu depuis bien des rebondissements. Le plus incroyable est la décision discriminatoire au caractère raciste clairement établi, prise à mon égard par la cour d’Appel d’Agen. Le conseil supérieur de la magistrature en est saisi. Et, j’en suis là…

Des plaintes sont déposées contre M. Exiga et ses complices dont une pour prise illégale d’intérêt et abus de bien sociaux … suite à la disparition des comptes d’ADC de la somme de 200 000 €

Où s’arrêtera M. Exiga ? Après avoir extorqué  à mon ancien collaborateur  un témoignage, M. Exiga, décida de licencier M. Maynadier, pour incompétence ! Pour ce dernier,  la justice a condamné M. Exiga à lui payer la somme de 120 000 €, charge comprise pour licenciement abusif et non- respect du droit du travail… Mais après le dépôt de bilan ce qui signifie la cessation de paiement, M. Exiga obtint une mesure de redressement, ô combien contestable !, qui fait supporter les graves fautes de gestion au FNGS, autrement dit aux cotisations des salariés.

Le désastre judiciaire est manifeste, notamment au regard de cette décision discriminatoire. A tous les niveaux, on essaie de l’étouffer mais il ne tardera pas à s’étaler au grand jour !

Le 11 Décembre dernier, une nouvelle audience nous a conduits devant le conseil de prud’hommes du Lot car M. Exiga refuse de me délivrer les bulletins de salaires, un droit élémentaire ? Pensez-vous ? M. Exiga fait la démonstration qu’il n’y a qu’une seule loi qui compte, la sienne. A cette audience, il s’est fait représenter par M. Couchouron qui a failli avoir un malaise en entendant les graves accusations publiques que je porte sur eux.

Madame et Messieurs les parlementaires, je souhaite être entendu par vos soins. Je sollicite aussi votre intervention afin que la justice de la république puisse triompher. Tôt ou tard, un énorme scandale éclaboussera toutes les institutions de l’Etat. Or on peut l’éviter.

Monsieur Jean Launay, il aurait suffi d’un mot de votre part, pour éviter à la république un tel martyr.

Dans les prochains jours, je saisirai la Cour européenne des droits de l’homme…

Dans l’attente de vous lire, je vous prie de croire, Madame et Messieurs les parlementaires, à l’expression de ma considération distinguée.

Hacène Rabah Bouguerra


Appel à Monsieur François Hollande :

http://www.youtube.com/watch?v=TYQBnlEAxfo

 
Mon blog :